EVO 2019 : la France brille, les annonces pleuvent, la controverse brûle

par OtaXou

Super Smash Bros Ultimate, Tekken 7, Street Fighter V, Mortal Kombat 11, Samurai Shodown, Dragon Ball FighterZ, BlazBlue Cross Tag Battle, SoulCalibur VI et Under Night In-Birth Exe:Late[st] : voici les 9 jeux formant le line-up officiel de l’EVO 2019, le plus grand tournoi de jeux de combat au monde qui s’est déroulé du 2 au 4 août à Las Vegas.

Mais ce qui fait le sel de la compétition, ce ne sont pas uniquement ses jeux. Un tournoi si prestigieux est le terreau d’affrontements épiques, d’aventures humaines, d’annonces devant un parterre en liesse… mais aussi de quelques controverses. Voyons ensemble les moments inoubliables de cette édition 2019.

La France plus présente que jamais à l’EVO 2019

Depuis la victoire de Luffy en 2014 sur Ultra Street Fighter IV, les spectateurs français rêvent chaque année à un nouvel exploit d’un de leurs compatriotes sur la scène internationale. Et à ce niveau, l’édition 2019 de l’EVO a peut-être été la plus remarquable, tant les compétiteurs tricolores ont brillé sur de nombreux jeux.

Kayane accède au top 8 de SoulCalibur VI

C’est particulièrement sur la scène SoulCalibur VI, qui a vu s’affronter 742 participants, que nos joueurs ont fait parler la poudre. On commencera par l’accès au top 8 de Kayane, sponsorisée par Orange, connue de la scène esport française aussi bien en tant que joueuse historique — elle a gagné son premier tournoi à 12 ans — qu’ambassadrice. Son perso de cœur Xianghua, lui aussi historique au sein de la licence SoulCalibur, s’est renforcé de 2B, dernière invitée en provenance de NieR Automata.

Si son parcours se terminera directement 7e ex-aequo face au terrifiant Raphael de l’Américain Woahhzz, contre lequel 2B comme Xianghua n’ont rien pu faire, il n’en est pas moins remarquable. Mais un panel particulier l’a rendu plus marquant encore sur cet EVO 2019 : il s’agissait également de la première fois qu’une discussion autour “des femmes dans la communauté des jeux de combat” était organisée, où des représentes d’associations comme Combo Queens et XO Academy se sont exprimées sur la présence féminine au sein de la baston et ce qui pouvait être amélioré à ce niveau.

Suite à ce panel, certains comportements machistes d’une communauté en général très ouverte ont pu être relevés, pointés du doigt, et discutés avec calme en présence aussi bien des joueurs que de certains organisateurs du milieu. Revers de la médaille, ces mêmes comportements ont évidemment été observés sur le weekend, certains commentateurs en ligne et même joueurs sur place déclarant qu’une femme ne pourrait jamais atteindre le top 8.

Pour Kayane, c’était avant tout une question de revanche sur son run de 2009, où elle avait perdu aux portes du top 8 sur SoulCalibur IV. Dix ans plus tard, sa revanche est prise, mais sa victoire n’est plus seulement une affaire personnelle : elle résonne également comme une leçon aux sexistes de la scène qui lèchent toujours leurs plaies de la fatidique mort en poules.

Skyll nous offre un match historique sur SoulCalibur VI

En parlant de joueurs historiques, un nom est murmuré avec respect sur la scène SoulCalibur depuis bien longtemps : Keev. Pourtant, le joueur de Nightmare, vainqueur de l’EVO Japan 2019 n’aura pas réussi à performer aussi bien qu’escompté, finissant 49e du tournoi. De son côté, le fraîchement sponsorisé Noobicyde et son Azwel se sont inclinés peu avant la consécration, finissant 13e du classement en compagnie de Saitoh et son terrifiant Astaroth.

Un autre nom est cependant plus que respecté depuis cette dernière année. Armé de belles victoires récentes, notamment à la WSOE 7 et la Viennality 2019, le joueur de la team Oplon Skyll était vu comme l’homme à ne pas manquer sur l’EVO 2019. Le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas déçu, terminant 3e de la compétition.

Tous ses matchs du top 8 sont évidemment à regarder, Skyll montrant une maîtrise exceptionnelle de son main Mitsurugi. Pour autant, s’il ne fallait en retenir qu’un, c’est bien la finale Winner contre le Japonais Yuttoto et son Voldo, qui finira par remporter l’événement.

Le match est tout simplement incroyable. La maîtrise des distances dont font preuves les deux adversaires se ressent tout du long, les punitions étant trouvées au pixel près à chaque seconde. Je te télécharge, tu me télécharges, je change de tactique, tu changes de tactique, je mind, tu mind, chaque décision est minutieusement calculée, sans fioriture, et l’adaptation est omniprésente pour un duel d’une intensité rare. Il restera sans nul doute parmi les meilleurs matchs de l’histoire de l’EVO, les meilleurs matchs de SoulCalibur jamais joués, et ce par un compétiteur qui n’a jamais autant mérité son pseudonyme.

L’étoile montante Wawa sur Dragon Ball FighterZ

Si SoulCalibur VI est bien évidemment le petit favori de la maison, il n’y a pas que sur ce dernier que les joueurs français se sont illustrés. Si le démoniaque Majin Buu d’Alioune sensei ne lui aura permis que de prendre la 49e place, une petite étoile montante de la scène Dragon Ball FighterZ (1 191 participants) nous a offert un superbe spectacle. Vainqueur du Stunfest 2019 à seulement 18 ans, il ne cesse de briller toujours plus fort, et d’aller toujours plus loin.

Je parle bien évidemment de Wawa, qui sur cet EVO 2019 est loin d’avoir démérité. Réussissant à partir à Vegas grâce à une campagne de financement participatif lancée par Damascus et RMZ, le jeune joueur a pu participer à son premier EVO… et a réussi à finir 13e grâce à sa team Goku / Base Goku / Kid Goku. Un parcours qui se sera achevé aux portes du top 8, mais non sans un dernier match accroché.

Le match de Wawa est à 1:20:00. La vidéo est taggée.

Le jeune prodige a dû en effet affronter ChrisG, joueur vétéran de la scène Marvel, Street Fighter et DBFZ, et lui en aura fait voir de toutes les couleurs. Preuve s’il en est du talent de ce joueur, le match se sera terminé sur un pixel de vie des deux côtés, et des phases portées aussi bien par la maîtrise que la peur au ventre. Cela n’en reste pas moins un extraordinaire succès de la part de Wawa, qu’on suivra avec un enthousiasme renouvelé sur cette saison 2 du World Tour.

Glutonny n’est pas si “free” sur Smash Ultimate

Cet EVO 2019 est un EVO particulier : pour la première fois dans l’histoire du plus grand tournoi de jeux de combat au monde, Street Fighter n’est pas son jeu principal. La place a été ravie par Super Smash Bros Ultimate cette année avec 3 492 entrants, qui a lui-même succédé à Melee et Smash 4. Si Smash est reconnu comme particulier, ayant presque son propre circuit, il n’empêche que sa présence à l’EVO n’est pas anodine et qu’en être le vainqueur reste un exploit.

Rentre alors en scène Glutonny, le Wario français déjanté qui aura montré aux yeux du monde l’intérêt du personnage et de ses funestes flatulences. En peu de temps, il se sera propulsé à la place de meilleur joueur européen, et est désormais joueur pro à temps plein pour l’écurie Solary. Rebaptisé “Glutofree” face à l’EVO 2019, il ne semblait pas avoir grand espoir de survivre…

Et pourtant. Gagnant tous ses matchs, il se hissera sur le top 8 côté Winner, alors que MkLeo, reconnu comme le meilleur joueur du monde sur Smash Ultimate grâce à son palmarès impressionnant, arrive en loser side suite à une défaite face à Kameme. Devinez qui a envoyé Kameme en loser par la suite ? Eh oui : c’est notre joueur français.

Hélas, ce premier bon signe du destin ne se sera pas concrétisé en une victoire. Après une Winner finals extrêmement serrée disputée contre l’américain Tweek et son nouveau Pokemon Trainer, Glutonny subira une défaite expéditive contre le meilleur joueur mondial en loser finals. Il n’empêche pour autant que le champion européen a prouvé tout au long du weekend, sur le tournoi le plus rempli de 2019, qu’il avait les épaules pour devenir le meilleur joueur du monde. Il ne reste qu’un petit pas à faire pour cela, que nous suivrons tous avec des étoiles dans les yeux.


Larmes de joie et hurlements de colère à l’international

L’EVO 2019 ne se résume bien sûr pas à nos joueurs français, et cette édition fut forte en émotions de toutes parts… bonnes ou mauvaises par ailleurs. À des rivalités épiques et des victoires historiques se joint un retour dont personne ne voulait.

Victoire historique pour Shanks sur Dragon Ball FighterZ

Sur la scène compétitive européenne, il n’y a pas que Wawa qui a su se faire remarquer sur Dragon Ball FighterZ. Le joueur espagnol Shanks, qui était d’ailleurs son adversaire lors du Stunfest 2019, a lui aussi fait un parcours remarquable ces derniers mois, et est arrivé sur l’EVO 2019 avec l’intention d’en découdre.

Après avoir défait le joueur japonais Dogura et l’Américain Apologyman, Shanks a réussi à atteindre le top 8 de Dragon Ball FighterZ. Et cela n’est pas mince affaire : c’est la première fois dans toute l’histoire du tournoi qu’un joueur espagnol atteint un top 8 qu’importe le jeu.

Non content d’accomplir cet exploit, Shanks ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Arrivé au top 8 en loser, il aura réussi à vaincre le joueur américain ChrisG puis le japonais Hirohiro — qui joue C-17 ma bonne dame ! — avant d’être vaincu par un Fenritti au sommet de sa forme. “El Padre” finira 4e de l’événement, la fierté de toute une nation derrière son parcours.

Et cela ne s’est pas fait sans difficulté, mais sa maîtrise exceptionnelle de C-18 lui aura permis de l’emporter sur bien des adversaires coriaces et de prouver le talent de la scène espagnole sur Dragon Ball FighterZ. Un exploit plus que mérité.

Retour d’Infiltration sur la scène compétitive

Un autre événement a fait grand bruit cette année, mais pas pour les meilleures raisons. Le joueur coréen Infiltration est revenu sur la scène compétitive après quelques années d’absence, et a remporté la première place sur le nouveau jeu Samurai Shodown avec son Genjuro.

Une victoire qui n’est pas imméritée, puisque le jeu et le personnage sont maîtrisés sans nul doute. Pour autant, Infiltration a reçu autant d’applaudissements qu’il ne s’est fait huer, et pour cause : son absence de la scène compétitive, notamment sur Street Fighter V, était due à sa condamnation pour violences conjugales fin 2017. Après investigation, son sponsor de l’époque Panda Global a confirmé les faits en 2018 et mis fin à sa collaboration avec le joueur, qui de son côté a argumenté être parti délibérément du Capcom Pro Tour et de la scène pour “ne pas impacter son équipe et la communauté des jeux de combat“, et s’est défendu du moindre mal.

Toujours est il que condamnation en justice il y a eu et que, quand bien même l’information de source coréenne a mis un certain temps à apparaître du côté de l’Occident, le joueur n’est plus véritablement le bienvenu dans la communauté. Sa présence sur l’EVO 2019 était déjà décriée, certaines personnes argumentant que les organisateurs auraient dû le bannir, et sa victoire a remis le feu aux poudres.

A minima, cette controverse n’aura pas entachée le retour de Samurai Shodown sur la scène compétitive. 1 719 entrants ont participé au tournoi, qui aura attiré de grands noms de nombreuses scènes différentes (Street Fighter, King of Fighters, Marvel). Nous avons également pu voir un Galford surentraîné de la part du tonton Alex Valle (5e), qui pour l’occasion a repris son pseudonyme Calipower d’époque, quand le nouvellement papa Justin Wong (3e) aura même décidé à la dernière minute d’abandonner sa place sur Street Fighter V au profit de la dernière production de SNK.

Goichi en larmes dans les bras de Sonic Fox

La rivalité entre l’américain Sonic Fox et le japonais Goichi existe depuis bien longtemps sur Dragon Ball FighterZ. Lors de l’EVO 2018, après de nombreux tournois où les deux mastodontes se sont affrontés et ont gagné et perdu tour à tour, c’était à Sonic Fox de s’imposer pour la première apparition du jeu à l’EVO.

En 2019, les deux adversaires se sont une nouvelle fois retrouvés, avec de grandes sourires, des rires, et un respect palpable. Tout d’abord en Winner Final, où Goichi a réussi à s’imposer au prix de toute son endurance. L’affrontement toujours très serré et explosif entre les deux joueurs est éreintant, et le Japonais tombe à terre des suites de ce match, preuve de la concentration demandée à un tel niveau.

Mais Sonic Fox n’allait pas le laisser l’emporter de la sorte. Réussissant à se défaire d’un Fenritti en pleine forme en Loser Final, il est revenu à l’assaut de Goichi pour tenter de conserver son titre de champion de l’EVO sur DBFZ. Un affrontement toujours plus serré, où les phases tentées n’étaient plus que preuves de l’intimité avec laquelle ces joueurs connaissent leurs styles de jeu respectifs. Arrive le moment fatidique, où Sonic Fox pourrait reset le bracket ou Goichi l’emporter définitivement. Et sur un dernier mix-up, le Goku du joueur japonais terrasse enfin Kid Buu. Goichi tremble de joie, fond en larmes, et prend dans ses bras son rival de toujours, Sonic Fox, visiblement heureux pour son adversaire qu’il n’hésite pas à mettre sur ses pieds avant d’en tendre le poing haut vers le ciel.

Il s’agit de la rivalité moderne la plus médiatiquement connue de l’univers des jeux de combat, et à raison : elle exprime tout ce qu’il est. La maîtrise du jeu, l’entraînement acharné, l’amour de la compétition mais aussi le respect fondamental des adversaires inspiré des arts martiaux. Le joueur japonais et le joueur américain parlent lors d’un instant le même langage, partagent la même ferveur, et se comprennent parfaitement. Et quand vient le moment de désigner le vainqueur, ne reste que la joie d’avoir vécu un match sublime.

Voilà donc un autre moment historique pour ce duel acharné, qui continuera très certainement sur les prochaines étapes du Dragon Ball FighterZ World Tour. Sonic Fox se sera ensuite tourné vers Mortal Kombat 11, la licence qui l’aura popularisé, pour affronter un autre rival : Dragon. N’ayant perdu aucun match et s’imposant 3-0, il repartira lui aussi avec un trophée cette année.

Arslan Ash envahit Tekken 7

Sur la scène Tekken 7 (1 885 entrants), vous attendiez la domination des joueurs coréens ? Le grand duel avec les joueurs japonais ? La surprise des joueurs américains ? Il n’en fut rien. Il n’a existé qu’un seul homme sur ce tournoi, et son nom est Arslan Ash. Le joueur pakistanais, grand qualifié du top 8, a tout simplement tout écrasé sur son passage.

De l’Américain Anakin au légendaire Knee, il a coup sur coup dévoré ses adversaires d’une seule bouchée. Un parcours incroyable pour un joueur que l’on attendait pas le moins du monde, et qui a réussi à mettre le Pakistan sur la carte des pays à redouter sur la compétition Tekken 7 après une première victoire à l’EVO Japan cette même année.

Top 3 surprise pour Street Fighter V

Street Fighter V Arcade Edition est un événement “convenu” sur l’EVO, mais son top 3 2019 aura su réserver quelques bonnes surprises. Avec un stoïcisme rare et un personnage l’étant encore plus, le joueur anglais Infexious a réussi à se hisser sur le podium du top 3 avec un Zeku capable de la moindre adaptation face à de nombreux adversaires.

Et surprise : le second du classement est également européen ! En provenance directe d’Abu Dhabi, Big Bird et son Rashid fou ont réussi à éliminer l’increvable Fujimura et son infernal Ibuki pour se hisser ensuite en Grand Finals face à Bonchan. L’éternel second a cependant enfin réussi à briser la malédiction : l’éternel second n’est plus. N’hésitant pas à faire plaisir à ses fans au passage en sélectionnant plus d’une fois Sagat sur le tournoi, il finira par enfin soulever le trophée de l’EVO qui lui est tant passé sous le nez ces dernières années. Une image que l’on attendait tous de voir.


Les annonces de l’EVO 2019

L’EVO n’est plus uniquement affaire de compétition. Désormais, les éditeurs ont compris qu’il s’agissait également d’une excellente plateforme pour faire leurs annonces concernant leurs prochains jeux et prochaines mises à jour. Voici toutes les annonces baston de l’EVO 2019.

Riot Games travaille bien sur un jeu de combat

La rumeur courrait depuis le rachat de Radiant Entertainment par Riot Games, mais elle a enfin été confirmée par Tom Cannon. Riot Games travaille bien sur un jeu de combat, qui se basera sur les travaux d’accessibilité de feu Rising Thunder pour proposer un jeu de combat sur lequel le plus grand nombre pourra s’amuser. Nous avons également appris que Seth Killian, ancien employé de Capcom ayant grandement contribué à Street Fighter IV (d’où le nom du boss du jeu) avant de rejoindre le développement de Rising Thunder, était parti de Riot Games et avait désormais rejoint Epic Games (Fortnite).

Nous n’avons cependant pas plus d’informations sur ce mystérieux titre, qui est encore en développement au sein de Riot Games. Il pourrait s’agir d’une adaptation de la licence League of Legends comme d’une nouvelle propriété intellectuelle.

Under Night In-Birth Exe:Late[cl-r] dévoilé

Après un top 8 explosif où Under Night in-Birth a réussi à rassembler énormément de spectateurs malgré son statut de jeu de niche, Arc System Works et French Bred ont annoncé la sortie prochaine d’une nouvelle version du jeu. Under Night in-Birth Exe:Late[cl-r] sortira début 2020 sur PS4 et Nintendo Switch. Il offrira un nouvel équilibrage et de nouveaux coups à son roster actuel, et inclura également un nouveau personnage du nom de Londrekia.

Janemba disponible sur DBFZ, Gogeta SSGSS en approche

Dragon Ball FighterZ a enfin officialisé la venue de Janemba, l’antagoniste de l’OVA Dragon Ball Z Fusions, dans son roster ! Le personnage sera disponible dès le 8 août prochain sur toutes les versions du jeu. Nous avons également eu le droit à un bref teaser de Gogeta SSGSS, tel que vu dans le dernier film Dragon Ball Super Broly.

BlazBlue Cross Tag Battle saison 2 en novembre

BlazBlue Cross Tag Battle aura le droit à une saison 2 ! Celle-ci démarrera le 21 novembre prochain, et promet d’intégrer 9 nouveaux personnages. Nous en connaissons déjà 4 suite à ce trailer. Comme le voulaient les fuites, un personnage de Senran Kagura arrive bien dans le roster : Yumi. Un autre personnage de RWBY est également prévu : Neopolitan. Mais surtout, la grande surprise est l’intégration de deux personnages d’une série de niche de l’arcade japonaise : Akatsuki Blitzkampf. Son personnage principal, Akatsuki, est également accompagné du personnage le plus WTF de l’histoire : Blitztank, le tank qui occupe les 3/4 de l’image. On a hâte de voir tout ça en action, particulièrement dans les mains d’un joueur comme KojiKOG.

Street Fighter V accueille E. Honda, Lucia et Poison

Malheur pour Capcom : son annonce a fuité sur Steam avant même que l’EVO ne soit lancé, provoquant des excuses officielles de Valve. E. Honda, Lucia et Poison sont désormais disponibles sur le jeu, grâce à un pass été coûtant la bagatelle de 14,99 euros. Notez que le stage historique de E. Honda est également disponible désormais.

Pour qui se poserait la question, Lucia est l’un des personnages jouables de Final Fight 3, et se rajoute donc avec Poison aux personnages de la licence désormais inclus dans l’univers de Street Fighter V aux côtés de Cody, Guy ou encore Abigail.

Yoshinori Ono, le producteur du jeu, a tout de même tenu à spécifier qu’il aurait de plus amples nouvelles à offrir sur le futur de la licence Street Fighter en novembre/décembre, lors de la finale de la Capcom Cup. Nouvelle version de Street Fighter V ? Street Fighter VI ? Nul ne le sait.

Saison 2 et personnages gratuits pour Samurai Shodown

Samurai Shodown est un jeu relativement récent, mais sa saison 1 a déjà été officialisée. Avec l’EVO 2019, nous avons eu le droit à un premier aperçu de ces derniers et leurs dates officielles. Inclus dans le season pass 1, Rimururu sera disponible en août, Basara en octobre, Kazuki Kazama en novembre et Wan-Fu en décembre. Rajoutez à cela Shizumaru Hisame, qui sera disponible gratuitement pour tous en septembre, et vous aurez le droit à un nouveau personnage tous les mois jusqu’à la fin de l’année.

Mais ce n’est pas tout : le season pass 2 est d’ores et déjà annoncé pour 2020, comprenant pour le moment 4 nouveaux personnages. Le premier d’entre eux sera Mina Majikina, personnage le plus réclamé par un sondage lancé dans le magazine Dengeki japonais. On vous laisse chercher sur Google pour déterminer exactement pourquoi, mais la raison est assez évidente.

The King of Fighters XV est officiellement en développement

SNK a également officialisé que The King of Fighters XV était actuellement en cours de développement. Nous n’en savons pas plus sur le titre pour le moment, mais après un The King of Fighters XIV faible techniquement mais excellent sur son gameplay, on attend beaucoup du studio.

Cassandra est disponible sur SoulCalibur VI

À l’heure où vous lisez ces lignes, vous pouvez d’ores et déjà jouer Cassandra, le dernier personnage de la saison 1 de SoulCalibur VI qui est disponible dès aujourd’hui le 5 août (6 août en Europe) ! Il s’agit du sixième et dernier DLC pour le Season Pass 1 du jeu, mais n’ayez crainte.

Saison 2 annoncée pour SoulCalibur VI avec Haohmaru en guest

Le producteur du jeu Motohiro Okubo, facétieux, a lancé entendre que la fête était finie pour SoulCalibur VI… avant d’envoyer un trailer pour la saison 2 du jeu, qui sera massive. En effet, celle-ci incorporera 4 nouveaux personnages, dont un nouveau personnage invité en la personne de… Haohmaru en provenance directe de Samurai Shodown ! Un invité qui relève somme toute d’une certaine logique et que l’on a hâte de voir au sein du jeu.

Mais surtout, cette saison 2 apportera également son lot de modifications au gameplay du jeu. Bandai Namco a annoncé de nouvelles mécaniques de gameplay, ainsi que de nouveaux coups pour les personnages déjà existants du roster. On peut observer sur le trailer que le Reversal Edge peut désormais être annulé, afin d’être utilisé purement en tant que parry. Une mécanique semblable à une activation par cancel de la Soul Charge apparaît également, offrant des boosts aux attaques mais aussi aux guard impact.

Tout cela reste encore assez mystérieux. Plus de détails seront annoncés sous peu par l’éditeur.

Saison 3 de Tekken 7… et Solid Snake ?

La saison 3 de Tekken 7 a officiellement été annoncée ! Prévue pour une sortie au cours du mois de septembre 2019, et en prime d’offrir de nouveaux coups aux personnages existants, elle incorporera 6 personnages et un nouveau stage. Deux d’entre eux ont déjà été dévoilés. Zafina fait son grand retour, et fait penser à un mix étrange entre Viola et Nero de Devil May Cry. Le second personnage est totalement nouveau, et se nomme Leroy Smith : un daron de la baston qui n’est clairement pas là pour faire des tresses.

Ce n’est toutefois pas le fin mot de l’histoire… Lors du match de loser final, une étrange vidéo est apparue à l’écran : une conversation codec avec Solid Snake déclarant “That was some good ass Tekken”,  qui laisse supposer que le personnage pourrait faire une apparition prochaine.

Hélas, il semblerait qu’il ne s’agisse que d’une blague de mauvais goût de la part du staff de l’EVO 2019. Bandai Namco n’était pas même au courant.

Un nouveau Guilty Gear pour 2020

Un nouveau Guilty Gear a été annoncé par le biais d’un court trailer, prévu pour 2020. On peut voir par ce trailer les nouveaux designs de Sol Badguy et Ky Kiske, mais surtout quelques éléments de gameplay. On sent que Dragon Ball FighterZ est passé par là alors que Guilty aura cette fois-ci le droit à des transitions de stage, et des coups plus cinématiques que jamais avec de grands mouvements de caméra. Le moteur déjà ahurissant de Guilty Gear Xrd semble passer la seconde, ce qui n’est pas pour déplaire.

Pour rappel, Arc System Works avait déjà parlé quelque peu de ce nouveau Guilty Gear, qui se veut être un peu plus accessible que les précédents épisodes. Il nous faudra toutefois patienter plus longtemps avant d’avoir de plus amples détails sur celui-ci.

Un EVO 2019 appartenant à l’Europe et à l’avenir

Comme vous avez pu le constater, cet EVO 2019 a été particulièrement intéressant. Qu’importe le jeu, qu’importe les personnalités, toutes les communautés du monde ont eu leur instant de gloire et de quoi s’émerveiller sur tout un weekend. Évidemment, je retiendrai surtout la performance européenne en général et le nombre toujours plus grand de joueurs français présents dans les top 8 de la discipline, qui me touche particulièrement.

L’EVO est également bien devenu une conférence jeu vidéo à part entière pour le genre si particulier du jeu de combat, et cette année fut riche en surprises et rebondissements. Mais c’est aussi la première année où le plus grand tournoi de jeu de combat au monde admet qu’il se doit également faire preuve d’introspection pour avancer, pour preuve le panel Women in FGC. Il est triste de constater que ce premier effort est aisément bafoué par la présence et mise en avant d’un joueur au comportement problématique reconnu et puni par la loi.

Restons toutefois optimistes. La communauté des jeux de baston est petite relativement aux autres titres esport, certes, mais elle est soudée. Historiquement la plus ouverte, espérons que ce premier faux pas sera vite gommé, et qu’elle fera figure de précurseur sur la scène esport internationale comme celle qui aura réussi à répondre le plus efficacement aux problématiques modernes. C’est bien la seule chose qui lui manque tant le spectacle, les joueurs internationaux et le talent sont déjà présents et ne cessent de se raffiner.

Photo de une par Stéphanie Lindgren (@Vexanie)

Comprendre le jeu de combat : l’influence de la garde

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire